Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 17:05
   Dans le cas où l'on tiendrait à dire la vérité coûte que coûte, il faut déclarer bien haut que les Noirs sont arrivés sur l'île de la Guadeloupe en même temps que les premiers colons français. Oui, en 1635. Pas tout à fait dans des conditions semblables, il est vrai : les Blancs avec capitaux et outils, les Noirs avec chaînes aux chevilles...
   Mais alors, qu'en est-il des premiers occupants ? Eh bien, il semble que ce soient les Indiens Arawaks qui habitaient l'île et qu'ils ont été envahis puis chassés par d'autres Indiens, les Caraïbes. A leur tour, ces derniers n'ont pas eu de chance car Christophe Colomb trouve la "route des Indes" (SIC ! Oui, je sais, il est un peu facile de se moquer des hypothèses de l'époque...). Quoiqu'il en soit, c'est lui, Colomb, qui invente l'escale aux Canaries puis se laisse porter par les alisés jusqu'à... la Guadeloupe !
   Du coup, cela ouvre la route maritime aus navigateurs blancs et les Caraïbes seront victimes de heurts multiples avec les Espagnols, les Anglais, les Néerlandais et puis... les Français : car les navigateurs devaient "faire" de l'eau douce et se fournir en nourriture. Cette population caraïbe est profondément ébranlée par ces chocs répétés quand se produit, en 1635, la colonisation française ; elle témoigne de la volonté de la France de Richelieu de créer des bases économiques et navales aux Antilles ; et aussi de participer à la traite négrière à l'image des Anglais et des Néerlandais !! 
   Les capitaux proviennent des villes maritimes La Rochelle, Dieppe, Le Havre, Rouen, Honfleur (je n'irai plus à Honfleur !). Cela paie les voyages des engagés recrutés pour les travaux. Et l'on commence ainsi à produire le sucre. Tant et si bien que la progression des cultures s'effectue au détriment des indigènes, les Indiens, que la conquête repousse et finit par chasser de l'île ! (Vertudieu, dehors les autochtones...).
   Et, merveille de la colonisation, dès 1643 jusqu'à 1685, les engagés reçoivent une concession de terres à la fin de leur service ! Les Noirs, eux, gardent leurs chaînes. C'est sous l'administration de Colbert que s'officialisent l'esclavage et l'approvisionnement (charmante expression) en Africains. Dès 1664, sera favorisé le raffinage des sucres, pas en Guadeloupe, mais à Rouen, Bordeaux, La Rochelle (je n'irai plus jamais à La Rochelle !)
   Il faut attendre plus d'un siècle, en 1793, pour que les Commissaires de la Convention, sous la pression de l'insurrection générale à Saint-Domingue, proclament la liberté générale. Proclamation confirmée par le décret de 1794 de la Convention montagnarde.
   Puis, survient Bonaparte qui, fatalement, rétablit l'esclavage en 1802 ; les Guadeloupéens noirs se révoltent mais sont décimés et déportés en masse sur les côtes américaines.
   Presqu'un demi-siècle perdu avant que soit prise la décision du gouvernement provisoire français issu de la révolution de février 1848 : l'abolition de l'esclavage dans les colonies. C'est Victor Schoelcher qui signe le décret, faisant des esclaves de nouveaux citoyens. Il préconise l'assimilation des droits sociaux et politiques des populations antillaises à ceux de la population française.
   En somme, chaque progrès significatif est impulsé par... comment dire... oui : des révolutionnaires !
   A l'inverse, sous le second Empire, le régime colonial se montrera particulièrement répressif. Et les grandes usines sucrières se développeront parallèlement au mouvement de concentration des terres.
   Il reste que, comme le soulignait Jules Ferry, la politique coloniale de la France cherche à créer de nouveaux consommateurs. D'où, en réaction, la revendication d'une petite propriété vivrière opposée à la monoculture du sucre.
   Aujourd'hui, où est-il ce gouvernement novateur capable de prendre à bras le corps le problème des Antilles ? Que peuvent espérer les Guadeloupéens du kaporal élyséen, représentant autoproclamé de la droite "décomplexée", je vous le demande ?
   Leur sort est-il si éloigné du nôtre dans l'hexagone ? Même autocrate... même surdité...

Partager cet article

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article

commentaires

vkarole 06/03/2009 20:15

qu 'attendons nous pour être solidaire, va t on encore longtemp se laisser malmener par le roi de france , il décide tout et tout le monde se laisse faire , a quand une révolte pour lui montrer que l'on existe bonne soirée

Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages