Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 15:09
   Alors, la discorde euro-américaine à propos de la régulation financière est une comédie ? une mascarade ? Oh, je ne peux pas y croire !
   Pourtant, Frédéric Lordon n'y va pas par quatre chemins :
   - "Regardez avec quelle agitation les politiques, Nicolas Sarkozy en tête évidemment, mettent en avant des questions - non primordiales dans le déclenchement de la crise - comme les paradis fiscaux et les bonus".
   Allons bon, les bonus sont... accessoires ?
   - "On ne saurait ramener la crise au seul problème des bonus".
   C'est Sarkozy qui veut faire croire ça !
   - "Les bonus et les paradis fiscaux posent des questions de justice sociale de première importance. Mais, ayons un peu de mémoire ! La crise de 1929 avait entraîné une stricte séparation des banques de marché et des banques commerciales. Et c'est l'administration Clinton qui a abrogé cette loi. On a laissé les grandes banques exercer tous les "métiers", y compris la gamme complète des activités du marché".
   Et alors ?
   - "En cas de pépin, non seulement les banques mettent en péril la masse de leurs dépôts mais transmettent le choc financier à l'économie réelle via le canal du crédit".
   Ouais, elles ferment le robinet pour se refaire. Belle réussite ! Ils sont mirauds les décideurs ?
   - "Il faut constater l'incroyable confusion qui mêle élites financières et élites politiques ! Le conseiller occulte de Sarkozy, pour la gestion de la crise financière, est Pébereau, président de BNP-Paribas; c'est encore plus caricatural avec Pérol, associé-gérant chez Rothschild !
   On ne l'appellera plus que "Péril".
   - "C'est pire encore aux USA où des anciens patrons de Goldman Sachs se succèdent à la tête du Trésor américain pour y faire la politique de leurs intérêts passés, actuels et futurs !!!".
   Bon, entre la finance et le climat, le Terrien est foutu.
   - "Il faut isoler les banques de marché en respécialisant les activités bancaires. C'est impératif ! L'appel à la République mondiale est une aimable plaisanterie. Il faut trouver des cohérences économico-politiques adossées à une véritable communauté politique puissante, par exemple l'Europe".
   Eh bien, avec Merkel, Sarkozy, et la figure de Barroso en arrière-plan, nous sommes sauvés !
   - "Depuis 25 ans, il n'y a pas un ralentissement de croissance, pas une montée du chômage qui ne soit en rapport avec un accident financier".
   Ca, c'est de l'utilité sociale... !

Source : "Télérama"

Partager cet article

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article

commentaires

sylvie 29/09/2009 23:46


Certes, les accidents n'ont pas manqué ces dernières années…


Pamphile 30/09/2009 15:03


Toujours le même commanditaire : le gross kapital.


Pangloss 29/09/2009 20:29


S'il n'y avait que Sarkozy!


Pamphile 30/09/2009 15:02


C'est la quintessence. Pas trop reluisante, la quintessence...


sylvie 29/09/2009 18:23


- "Depuis 25 ans, il n'y a pas un ralentissement de croissance, pas une montée du chômage qui ne soit en rapport avec un accident financier".
A une époque, Tapie avait été taxé "d'accident industriel" ; Sarkozy, on le mets dans quelle catégorie ?
"accident à l'insu de notre plein gré" ?
"accident délibéré" ?
ou "accident de la vie", la nôtre ? C'est où, la caisse pour se faire indemniser ?


Pamphile 30/09/2009 15:01


Sarkozy : exécutant du grand capital. Sans état d'âme.


Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages