Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 15:21
   Je ne sais si cela résulte de l'incursion en rasant sournoisement les murs, en tapinois, en cachette et en voiture blindée de Sarkozy à Gandrange (c'est glorieux ! ne me contredisez pas); ou bien de la proximité géographique à quelque 160 kilomètres, à l'ouest, à vol d'oiseau; ou encore d'une association d'idées du fait des hauts fourneaux... mais voilà que me revient à l'esprit une histoire nauséeuse : celle de la fusillade de Fourmies.
   Paul Lafargue était en tournée pour le Parti Ouvrier, à Fourmies dans le Cambrésis. Paul Lafargue était le gendre de Marx et l'auteur du "Droit à la paresse" dans lequel il dénonce l'aliénation ouvrière. A Fourmies, il accusait les réactions des républicains contre la loi des 10 heures. En accord avec des porte-parole locaux, guesdistes et syndicat, il proposait une manifestation pour le 1er mai, quittant l'atelier pour réclamer la journée de 8 heures. Nous sommes en 1891.
   Le conseiller général, patron d'une grosse filature, examinait avec le sous-préfet et... quelques commandants d'infanterie et d'autres représentants du patronat, l'emploi de la troupe (!).
   Du coté des manifestants : un pique-nique familial, des représentations théâtrales, un bal; et une délégation va déposer à la maison commune les revendications.
   Par affiches, les patrons de la région annoncent des "mesures défensives". Deux compagnies d'infanterie c'est-à-dire 200 soldats arrivent à Fourmies.
   Les ouvriers socialistes, pour combattre les abus et démontrer leur union, décident : "Il faut fêter avec calme et dignité le 1er mai 1891".
   Dès 5 heures du matin, des grévistes tentent de faire débrayer les ouvriers. Il se produit des bousculades, des charges à cheval; sept arrestations en découlent. A partir de 11h30, usine après usine, les délégations viennent déposer à la mairie leurs cahiers de revendications. Des groupes de jeunes travailleurs se forment malgré deux nouvelles compagnies d'infanterie... qui tirent en l'air pour tenter de les disperser. Sans résultat.
   Dans la soirée, des adolescents, drapeau tricolore en tête, viennent réclamer les prisonniers. Même manège, des tirs en l'air, aussi inefficaces. Soudain, le commandant ordonne le tir à hauteur d'homme ! On relèvera 9 morts, 30 blessés. Le nouveau fusil Lebel n'avait jamais encore été utilisé...
   La population est abasourdie, sidérée.
   Le lendemain, 3000 soldats sont dans FourmiesPaul Lafargue est poursuivi pour ses propos d'avril. Il est condamné à un an de prison pour "provocation à un attroupement armé" (SIC) et aussi "provocation au meurtre" (RE-SIC !)
   On est prié d'apprécier la grand honnêteté des possédants. Que dire des juges...
   Oh, je suis sincèrement navré de rappeler ainsi ce dont sont capables les dits-possédants et les détenteurs de capitaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article

commentaires

Sylvie 23/10/2009 14:54


Il ne faut pas être navré : rappel nécessaire de ce que nos prédécesseutrs ont enduré et subis pour que nous, nous ayons des droits.
Droits qui nous sont volés sans vergogne et avec la relative indifférence de ceux qu'ils sont supposés protéger. Nous.


Pamphile 23/10/2009 17:01


C'est pourquoi je trouve que Sarkozy mérite amplement ce surnom d'Ultra-réac. Ce n'est pas possible que nos concitoyens restent amorphes !


Pangloss 20/10/2009 19:46


Espérons que c'est du passé (à ne pas oublier, bien sûr!)


Pamphile 22/10/2009 15:06


Dans les cas de grand danger... le capital...


Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages