Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 19:57

   Dans la crainte des mobilisations qui mettent en lumière ces transports dangereux, la SNCF et AREVA camouflent ces convois, masquent les numéros de train... etc.

 

 

 

Un transport à haut risque

Composé majoritairement d’uranium, mais aussi de plutonium et de produits de fission et actinides mineurs, le combustible usé dégage énormément de chaleur et de radioactivité. Ce convoi comporte des risques importants en termes de sûreté et de sécurité. Il devrait en outre traverser des zones urbaines densément peuplées.

Les rayonnements radioactifs “Gamma“ émis par les conteneurs "CASTOR" (Cask for storage and transport of radioactive material) se propagent à plusieurs dizaines de mètres du wagon, entraînant un risque pour les personnes se trouvant à proximité, riverains comme cheminots. Inique et obsolète, la réglementation sur le transport des matières radioactives autorise des débits de dose pouvant aller jusqu’à 2 millisieverts par heure au contact du wagon, soit un niveau de radiation environ 20 000 fois supérieur à la radioactivité naturelle .

Enfin, les normes de résistance aux chocs et au feu des "CASTOR" s'avèrent ridiculement basses et ne prennent pas en compte bon nombre de situations qui pourraient se présenter en cas d’accident ferroviaire grave.

 

Le Réseau "Sortir du nucléaire" et le syndicat SUD-Rail tiennent d'ailleurs à rappeler qu’il est conseillé aux agents et au public de se tenir éloignés d’un convoi hautement radioactif stoppé en gare, et incitent les cheminots à exercer leur droit de retrait en cas d’intervention sur ces convois.

 

Un transport tenu secret

Malgré ces risques, les autorités ne fournissent aucune information sur ce type de transports, et taisent leur existence et leur dangerosité pour les riverains, la population et les salariés concernés. Certains services de l’État, collectivités et élus locaux, qui devraient être formés et avertis pour pouvoir réagir et mettre en œuvre un plan d’urgence en cas de problème, sont maintenus dans l’ignorance.

 

Un transport inutile

L’industrie nucléaire produit chaque année des tonnes de déchets qu'elle est incapable de gérer [3]. Certains pays étrangers, dont les Pays-Bas, envoient le combustible usé issu de leurs centrales – tel une patate chaude - à l’usine AREVA de La Hague pour qu’il y soit “traité“ : l’Hexagone est ainsi régulièrement traversé par ces déchets, qui s’ajoutent à ceux issus des réacteurs français, pour un volume dépassant les 500 convois par an.

Pourtant, loin d’être une solution, le “traitement“ des déchets engendre des risques et des transports supplémentaires. Il contamine de manière irréversible la pointe du Cotentin et la Mer du Nord en rejetant des effluents chimiques et radioactifs dans l’eau et l’environnement. Il est de surcroît inutile : le traitement à l’usine Areva de La Hague ne diminue pas la radioactivité des déchets, mais augmente au contraire leur volume.

 

Aux Pays-Bas comme en France, une même impasse : on ne sait pas quoi faire des déchets nucléaires

 

Source : "Le Réseau sortir du nucléaire"

            J.Thibault, auteur de "Ô AUDIMAT..."

Partager cet article

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article

commentaires

Jacques 18/12/2012 00:43

Bel article, ma foi !

jf.

evelyne 16/12/2012 17:15

l'homme est inconscient ,quand il n'y aura plus de place pour ces dechets,que ferons nous???
bises et bonne soiree...

Pamphile 18/12/2012 16:07



Les nucléocrates sont dans la seringue. Aux citoyens de se remuer !



Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages