Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 18:16

 

Notre problème ne se situe pas au niveau des entreprises; enfin en partie puisqu'elles sont directement responsables du chômage par les multiples effets d'aubaine qu'effectivement les gouvernements successifs leur ont présentés.

Selon Joseph Stiglitz, le problème principal réside en la dépression de la demande mondiale. Il convient de se demander pourquoi, et poser la question, c'est y répondre. Une fois les bénéfices-bonus en tous genres bien à l'abri dans les paradis fiscaux (qu'on n'effacera jamais: autant vouloir arrêter la marée avec un filet de pêche... je sais, je suis cynique) reste quand même une énorme masse de capitaux disponibles. Eh oui, le bizness est beaucoup plus rentable qu'il n'y paraît au premier abord.

Ces sommes sont alors dirigées vers le marché financier, afin de générer des bénéfices purement financiers venant abonder les dividendes-bonus cités ci-dessus, avec l'avantage certain d'une grande discrétion. Je ne sais s'ils ont continué depuis, mais Carrefour par exemple, dans les années 75, intervenait sur le marché de l'argent, argent physique: les billets et les pièces que les succursales doivent avoir pour satisfaire les clients voulant de l'argent liquide. Les banques se "prêtent" entre elles ces billets et pièces moyennant intérêt. Comme les sommes sont en général énormes, les "petits" pourcentages pris au jour le jour finissent par faire de très grosses pelotes. Carrefour, en ce temps-là, manipulait des tonnes quotidiennes d'argent liquide; avec les cartes de paiement, cette manne s'est sans doute très amenuisée; mais ce n'était qu'un exemple.

L'ennui, c'est que cet argent spéculatif reste dans le circuit financier (pour continuer à travailler) et donc ne retourne pas vers l'économie réelle. Ce qui explique en grande partie les tentatives parfois réussies de compression des salaires directs et/ou indirects "pour maintenir les marges". D'où la fameuse dépression mondiale de la demande. Problème en résultant: l'énorme inflation de la masse monétaire mondiale par rapport aux biens et produits mis en vente. En clair: numéraire, scripturaire, ou électronique, la masse monétaire est tellement excédentaire par rapport aux biens et prduits mis en vente qu'il est quasi-impossble d'établir ne serait-ce qu'un semblant d'adéquation. Si on tente de le faire, retour à la case Weimar: la brouette de billets pour acheter une baguette de pain.

D'où les crises financières à répétition destinées selon moi (humble vermisseau) à évaporer une partie de cette masse monétaire: en 2007, ce furent 6 000 Milliards de Dollars qui disparurent comme par enchantement. Pas de souci: la énième vague arrive car ce ne sera pas "la deuxième: en 97 déjà des masses de pognon se sont évaporées (non, elles ne sont pas allées dans des poches occultes: il fallait que l'argent disparaisse bel et bien). Et, bien rodés après les péripéties de la crise de 2007, nos magiciens s'apprêtent à effacer un gros morceau. Refuge possible, mais improbable: l'or ou l'argent-métal. Ne vous précipitez pas: il n'y en a strictement plus un gramme an vente.

Enfin, s'il vous plaît, arrêtez de parler de la mondialisation comme d'une peste nouvelle. La mondialisation a déjà eu lieu une fois: entre 1492 (j'exagère bien sûr) et 1914 (là, la date exacte est connue), les européens ont colonisé la majeure partie du monde et établi rapidement des lignes commerciales. On pensait déjà "monde" sous Napoléon et la Belle Epoque fut mondialiste. Quand on voit comment ça a fini (14-18, 39-45 et la suite) nous sommes en droit de craindre l'avenir.

 

AU SECOURS !!!

 

Source : blogs.mediapart.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pamphile - dans actualité
commenter cet article

commentaires

râleuse ex02468 23/01/2014 18:40

on peut dire que tu es un pro pour nous plomber le moral!! ;-)

Pamphile 25/01/2014 14:43



C'est pas moi, je le jure ! C'est le Hollande...



Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages