Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 15:58

6989072968_f385a5c127.jpg   Aux "States", c'est un festival... "La folle journée de Nantes" enfoncée...

 

 

Lors d’inspections sur les mécanismes supérieurs de commande des grappes de contrôle de la réaction en chaine, 17 mécanisme sur les 45 inspectés ne respectaient pas les critères réglementaires. Aucun signe de fuite n’a été décelé. Les réparations et contrôles sont en cours d’exécution : le document n’évoque pas l’irradiation massive des travailleurs exécutant ces tâches.

 

 

Situation classée critique suite à l’arrêt automatique simultané des deux réacteurs de la centrale après la perte des alimentations électriques 13 000 puis 4 000 volts. L’alimentation en eau du réacteur n° 2 a été perdue pour une raison indéterminée (en cours de recherche). L’évacuation de la chaleur du réacteur n° 2 a été indisponible suite à la perte des pompes à eau, perte elle-même liée à une perte de vide du condenseur. Les groupes diésels de secours ont pris le relais de l’alimentation électrique. Le 27 janvier, la NRC a envoyé une équipe d’inspecteurs pour analyser cet évènement.

 

 

Du tritium à un niveau de 46 000 picocuries par litre a été mesuré dans la nappe phréatique sous la centrale. Des actions sont en cours pour tenter d’arrêter la fuite de tritium.

 

 

Alerte sur le site suite à la destruction des circuits de sûreté du réacteur après l’explosion ou l’incendie d’un transformateur qui a entraîné lui-même la perte de l’alimentation 480 v. Les opérateurs ont dû effectuer un arrêt manuel du réacteur. L’urgence a été déclarée et il y a eu perte des communications des circuits de commande du réacteur. Le réacteur aurait été mis en arrêt sûr et il n’y aurait pas eu de blessé, ni de dégagement de radioactivité dans l’environnement

 

 

L’urgence a été déclarée suite à un départ d’incendie dans le local informatique de gestion du réacteur. L’incendie a été déclaré sous contrôle, par les pompiers, 26 minutes après le déclenchement de l’alarme incendie.

 

 

 

Après obtention de la criticité dans le cœur du réacteur, un écart entre la hauteur des barres de commande (également nommées barres de contrôle) qui contrôlent la réaction en chaîne a été découvert : ces différences de hauteur créent un déséquilibre de réactions en chaîne entre différentes parties du cœur, créant une situation de fonctionnement interdite. Les opérateurs n’ayant pas réussi à rééquilibrer les pénétrations des barres, ils ont mis manuellement le réacteur à l’arrêt. Des recherches sont en cours pour tenter d’établir l’origine de ce problème qui a été jugé et classé critique.

 

 

  Globalement pas trop grave, n'est-ce pas ? Quoique du tritium baladeur...

   Et en France ? 

 

 

 

Le 21 janvier 2014, un contrôle sur le site de Gravelines a mis en évidence une présence anormale de tritium dans les eaux souterraines situées sous les installations.

 

   Et encore du TRITIUM !  Pour confirmation ??

 

   Ajoutons que le coût du traitement des déchets nucléaires rend ridicule les risques encourus...

   Aussi le prix de revient du mégawattheure n'est pas de 10 € (comme mensongèrement avancé) mais de...49,50 € selon le rapport de la Cour ces comptes de 2012 ! Plus s'écrie le Sénat (75 € !!) du fait de la nécessité de moderniser le parc nucléaire...

   Et cela, toujours dans l'ignorance de la facture véritable de l'enterrement des déchets...

 

   Ces "décideurs", il ne reste plus qu'à les précipiter dans des chaudrons de soufre bouillant. Point !

 

 

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 17:27

11337287784_420ff3bf54.jpg

En politique politicienne, il n’y a que là qu’il est bon, Hollande : il a divisé la droite et exercé un chantage sous-jacent sur la gauche, celle révulsée par son néo-libéralisme.

Quant à croire au virage, au tournant et autre changement de direction… vous n’avez rien vu venir depuis son élection ?

Depuis mai 2012 :

       Ratification du Traité budgétaire européen sans en changer quoi que ce soit.

Blocage du SMIC et des salaires des fonctionnaires

Flexibilisation du travail avec l’ANI (l’Accord national interprofessionnel).

Oubli de la réforme promise des banques.

Hausse de l’impôt sur le revenu, même pour les classes populaires.

Hausse de la TVA qui frappe proportionnellement plus les moins riches.

Projet de baisse des dépenses publiques de 15 milliards par an.

Cadeau de 20 milliards aux entreprises via le CICE (« Crédit impôt compétitivité emploi »).

En supprimant les cotisations familiales des entreprises, Hollande exauce une vielle demande du MEDEF (ce qui ne rajeunit personne…). L’évocation des « abus » à la Sécurité Sociale le fait se transformer en perroquet de Sarkozy… (!)

Et maintenant, Moscovici qui absout certains paradis fiscaux tels Jersey et les Bermudes !!

Cela ne vous suffit pas ? On croit rêver.

Avec son « pacte de responsabilité pour les entreprises » (quel mensonge délibéré) au Président-viagra, il lui faut trouver 30 milliards supplémentaires… Cela nous promet des offensives gratinées contre les services publics et la protection sociale !!

Et que fait l’aile gauche du PS ?

« Le vrai problème est la rémunération du capital » dénonce Amirshahi, « On dit haut et fort qu’on va dans le mur » renchérit Filoche… Et ça change quoi ?? Quant à Lienemann, elle ose : « On ne va pas laisser en déshérence un parti où des milliers de militants pensent comme nous ? ». Et les entraîner dans une opposition de gauche, ça ne lui est jamais venu à l’esprit… ? Faut dire que ses collègues « de gauche » Balar et Maurel sont en position éligible sur les listes aux européennes…

 Laissez passer le scooter du « cohérent » (seul changement véritable par rapport au pédalo…)

Quelle trahison.

 

Source : "Politis"

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 15:43

2485207143_2fdf88744a.jpg    

   Pendant que nous sommes là - bien aise - à savourer notre bière, il se passe de drôles de choses dans notre dos !

 

   L'inénarrable Commission européenne persiste - en grand secret - à mener une négociation avec les USA pour un mirifique "traité transatlantique". Et cela ne nous perturbe pas plus que ça... ?

   Pourtant, il existe un précédent : voilà 20 ans était signé l'ALENA, accord de "libre échange" nord-américain entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. Effets désastreux avérés pour les travailleurs et les agriculteurs des trois pays. L'ALENA a changé les règles de linvestissement international ! Car il s'agit de protection des investissements. Pas moins. (Comme s'il n'y avait pas les lois de chaque pays...)

   Ils ont ainsi mis en place un outil au service des grandes entreprises...

 

   C'est un système de "règlement de différends" entre les investisseurs privés et les Etats : devant un arbitrage commercial international. Les multinationales peuvent de cette manière esquiver les tribunaux classiques qui, eux, respectent la souveraineté des Etats et leurs droits nationaux (!)

   Par exemple, à propos de protection de l'environnement... !!!

   De sorte qu'une réglementation du travail ou de l'environnement mise en place tout à fait légalement par un Etat peut être poursuivie en dommages et intérêts par une multinationale à la Banque mondiale (!!). Risque de sommes énormes à payer par les Trésors publics, autrement dit par leurs contribuables.

 

   Et l'on reste là, devant sa mousse, sans rien faire... ? Epoustouflant !

 

   Le père Louis me souffle un remède : "Vous restez cutés, au lieu d'établir une liste de noms de tous ces hommes politiques qui ont impulsé ou seulement permis une telle saloperie. Pour ensuite balader dans la ville un pilori d'où sort la photo de la binette du politicard incriminé. Les télés seront intéressées, soyez-en sûrs ! Gage d'une bonne popularisation du bonhomme. Et de sa mauvaise action. A chaque cité, son complice du crime..."

 

   Tentant, non ?

 

 

Source de l'info : www.reporterre.net

 

 

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 15:44

8631009869_feaa06b553.jpg    C'est une école de pensée dont s'est inspiré Reagan et Thatcher et qui remonte à Milton Friedman. Ce qui ne nous rajeunit pas !

 

   Depuis l'arrivée de Reagan, le système se détraque : les inégalités explosent tout comme le nombre de citoyens vivant au-dessous du seuil de pauvreté. Les salaires diminuent, les bénéfices grossissent démesurément... pour le plus grand profit des actionnaires. Et la dette ? Elle était stable avant cette poussée du libéralisme...

 

   Ecoutons Thomas Piketty : "On ne le répétera jamais assez : la production par heure travaillée est aujourd'hui encore (juin 2005) 25 % plus faible en Grande-Bretagne qu'en France... 25 ans après l'arrivée de Margaret Thatcher et ses réformes supposées salvatrices; le Royaume-Uni demeure un pays sous-formé et faiblement productif (l'écart de productivité avec la France n'a quasiment pas diminué). Un pays contraint d'adopter des méthodes de pays pauvre : dumping social et longues heures de travail...

 

   Et Jacques Marseille (économiste disparu qui n'était pas très à gauche !) : "Avec le niveau de productivité des Anglais ou des Japonais, qui est largement inférieur au nôtre, il nous faudrait 5 millions de travailleurs en plus pour produire la même chose." Comme quoi, la productivité si elle n'est pas contrebalancée par une diminution des heures travaillées...

 

   Ainsi donc, voici le bilan de la politique de l'offre : des réussites individuelles au détriment du bien commun...

 

   Avec - à la clef - une profonde désespérance sociale (!)

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 18:16

 

Notre problème ne se situe pas au niveau des entreprises; enfin en partie puisqu'elles sont directement responsables du chômage par les multiples effets d'aubaine qu'effectivement les gouvernements successifs leur ont présentés.

Selon Joseph Stiglitz, le problème principal réside en la dépression de la demande mondiale. Il convient de se demander pourquoi, et poser la question, c'est y répondre. Une fois les bénéfices-bonus en tous genres bien à l'abri dans les paradis fiscaux (qu'on n'effacera jamais: autant vouloir arrêter la marée avec un filet de pêche... je sais, je suis cynique) reste quand même une énorme masse de capitaux disponibles. Eh oui, le bizness est beaucoup plus rentable qu'il n'y paraît au premier abord.

Ces sommes sont alors dirigées vers le marché financier, afin de générer des bénéfices purement financiers venant abonder les dividendes-bonus cités ci-dessus, avec l'avantage certain d'une grande discrétion. Je ne sais s'ils ont continué depuis, mais Carrefour par exemple, dans les années 75, intervenait sur le marché de l'argent, argent physique: les billets et les pièces que les succursales doivent avoir pour satisfaire les clients voulant de l'argent liquide. Les banques se "prêtent" entre elles ces billets et pièces moyennant intérêt. Comme les sommes sont en général énormes, les "petits" pourcentages pris au jour le jour finissent par faire de très grosses pelotes. Carrefour, en ce temps-là, manipulait des tonnes quotidiennes d'argent liquide; avec les cartes de paiement, cette manne s'est sans doute très amenuisée; mais ce n'était qu'un exemple.

L'ennui, c'est que cet argent spéculatif reste dans le circuit financier (pour continuer à travailler) et donc ne retourne pas vers l'économie réelle. Ce qui explique en grande partie les tentatives parfois réussies de compression des salaires directs et/ou indirects "pour maintenir les marges". D'où la fameuse dépression mondiale de la demande. Problème en résultant: l'énorme inflation de la masse monétaire mondiale par rapport aux biens et produits mis en vente. En clair: numéraire, scripturaire, ou électronique, la masse monétaire est tellement excédentaire par rapport aux biens et prduits mis en vente qu'il est quasi-impossble d'établir ne serait-ce qu'un semblant d'adéquation. Si on tente de le faire, retour à la case Weimar: la brouette de billets pour acheter une baguette de pain.

D'où les crises financières à répétition destinées selon moi (humble vermisseau) à évaporer une partie de cette masse monétaire: en 2007, ce furent 6 000 Milliards de Dollars qui disparurent comme par enchantement. Pas de souci: la énième vague arrive car ce ne sera pas "la deuxième: en 97 déjà des masses de pognon se sont évaporées (non, elles ne sont pas allées dans des poches occultes: il fallait que l'argent disparaisse bel et bien). Et, bien rodés après les péripéties de la crise de 2007, nos magiciens s'apprêtent à effacer un gros morceau. Refuge possible, mais improbable: l'or ou l'argent-métal. Ne vous précipitez pas: il n'y en a strictement plus un gramme an vente.

Enfin, s'il vous plaît, arrêtez de parler de la mondialisation comme d'une peste nouvelle. La mondialisation a déjà eu lieu une fois: entre 1492 (j'exagère bien sûr) et 1914 (là, la date exacte est connue), les européens ont colonisé la majeure partie du monde et établi rapidement des lignes commerciales. On pensait déjà "monde" sous Napoléon et la Belle Epoque fut mondialiste. Quand on voit comment ça a fini (14-18, 39-45 et la suite) nous sommes en droit de craindre l'avenir.

 

AU SECOURS !!!

 

Source : blogs.mediapart.fr

 

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans actualité
commenter cet article
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 15:49

5811662276_fe0caa80b3.jpg   En tendant l'oreille, on apprend que le sieur Barroso a fait pression sur son acolyte potugais en poste de premier ministre (le sieur Socrates) pour bloquer le projet de SMIG national... Toujours dans le cadre de la modération salariale, n'est-ce pas ?!

 

   En France, nous avons 4 500 000 chômeurs parmi lesquels 47 % seulement sont indemnisés...

   Qu'est-ce que vous allez modérer pour ceux qui ne touchent rien de rien ? On vous écoute... !

 

   Depuis la claque boursière de 1987 (après que le RPR de Chirac se soit lancé dans une surenchère libérale !), bien des Français jurent qu'on ne les y reprendra plus !

   Résultat : 6 à 7 000 000 d'actionnaires.

 

   Sur lequel des deux postes, chômeurs ou actionnaires, la modération serait-elle la plus rentable ?

   2 100 000 chômeurs (les 47 %) ou, disons, 6 500 000 actionnaires ?

   Actionnaires qui se goinfrent tant que c'est de notoriété publique !

 

   Bizarrement, la plupart des journalistes, une énorme majorité de politiciens, n'ont pas entrevu ce dilemme...

 

   Des modérateurs à la mord-moi-le-doigt !!

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 15:20

7131798547_5374b5bc1e.jpg   Ce matin, au réveil, le papier peint de ma chambre avait pris une coloration nettement rose (bizarre, car il est constitué de paille japonaise à la tonalité plutôt sable). Je gardais encore à l'esprit une image forte :

   Celle d'un Président entrant dans la salle de conférence de presse, sous les dorures de la République, la cravate de travers ! Surprise ! La dame de l'Elysée, visitée à l'hôpital, lui aurait-elle agrippé le col et secoué le paletot ?

 

   Tout de suite, promenant un regard sur le parterre de journaleux le stylo en l'air, il attaque :

     "Vils esclaves de la fortune..."

 

   Un frisson parcourt les paupières qui dissimulent mal des pupilles soudain dilatées. Poursuivant son avantage dans la foulée, il évoque son gouvernement :

     "Il n'a garde de toucher aux paisibles jouissances des heureux du siècle, qui ont toute la graisse de la terre... mais il forme le généreux dessein de pressurer le peuple."

 

   Puis il rappelle une vérité éternelle, dans le style "n'oubliez jamais" :

     "Les infortunés [...] ils seront les maîtres de l'Etat dès qu'ils connaîtrons leurs droits et sentiront leurs forces; pour le dissoudre, il leur suffirait même de ne plus vouloir travailler."

 

   Ce qui nous ramène à la politique :

     "C'est un blasphème politique d'oser avancer que la nation, de qui émanent tous les pouvoirs, ne peut les exercer que par délégation; ce qui la mettrait elle-même dans la dépendance, ou plutôt sous le joug de ses propres mandataires."

   A cette allusion à la révocation des élus, Gattaz examine distraitement le bout de ses souliers (à 2 000 €).

 

   C'est à cet instant que le fantôme de ma petite chatte, morte il y a deux mois, me saute sur l'estomac. Tout se brouille dans les larmes...

 

 

   Source : Je dois ces répliques à Jean-Paul MARAT

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 14:30

 

Ce geste fumeux qui fait tant postillonner… C’est « Le canard enchaîné » qui nous éclaire : ce n’est rien 4584883517_2fb62cf7a9.jpgd’autre que le salut nazi réprimé du docteur Folamour ! Cet antisémite compulsif qui crie à la face du monde « Je suis antisémite mais je me retiens… difficilement car le geste m’échappe ! ».

Dieudonné l’imite, y fait allusion : « Voyez comme je déteste les Juifs. »


M’bala M’bala ta coulpe, gros raciste ! Raciste ? Non, pas du tout. C’est le triste Gobineau qui a entretenu la confusion entre races et familles linguistiques. Les peuples qui parlent les langues sémitiques appartiennent à plusieurs races de même que ceux qui pratiquent les langues indo-européennes. Quant à la « race juive », les recherches scientifiques ont démontré qu’elle n’existe pas  . Compliqué, hein ?


Alors, d’où vient cette tendance à faire des Juifs des boucs émissaires ?


Les délires nazis des années 1930, le « complot juif international » (le protocole des sages de Sion est un faux) sont dans toutes les mémoires. Ou devraient l’être ! A tel point qu’à l’époque, des antisémites déclarés ont révisé leur position devant l’horreur engendrée !!

Reprocher aux Juifs d’être différents est de moins en moins vrai. Leur faire grief d’être des « hommes de l’argent » quand c’est une conséquence des fonctions d’usurier qui leur avaient été abandonnées au Moyen-Age, est injuste et périmé. On peut aussi remarquer que les patrons juifs du XIX° siècle n’ont pas été plus prédateurs que les patrons chrétiens.

Pour expliquer cette hostilité aux Juifs, on évoque l’assimilation amorcée depuis la Révolution de 1789 qui aurait créé une méfiance dans la population française. Mais, tout cela, le public du soi-disant humoriste l’ignore !


Devant les provocations (lourdingues) de notre mouton noir, le journaliste glose. Il oppose la liberté d’expression au respect dû aux victimes de la Shoah, au maintien de l’ordre public. Et l’incitation à la haine, qu’est-ce que vous en faites ? La justice est déjà intervenue… seulement les amendes prononcées restent impayées… Qu’est-ce qu’ils attendaient jusqu’alors les procureurs ?? Ceci a entraîné cela : l’interdiction des spectacles.


Et Dieudonné continue tranquillement à exploiter son petit fonds de commerce


Quand on examine les photos du public devant les salles, on voit de jeunes arabes imiter le geste de feu l’humoriste (pardon : du docteur Folamour !) et l’on mesure l’amalgame Juifs–Sionistes !

 

Je n’entends jamais évoquer ces colonies de peuplement, cette stratégie des gouvernements sionistes – bavant de cynisme – relevant d’un autre âge.

 

Bouche cousue devant les exactions d’Israël


Ces Sionistes et leurs complices empoisonnent littéralement nos démocraties !

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 15:02

8377936254_4fbf0ee5fb.jpg   Cette Union est une référence pour les études de la biodiversité mondiale !

 

   Elle précise au sujet des zones impactées par ce projet controversé d'aéroport =

 

Mais surtout, de par la configuration topographique, leur situation géographique, et leurs conditions d’usages, ces zones humides jouent un rôle clé dans la régulation de la ressource en eau, dont l’écrêtement des crues. La destruction de cet écosystème, même accompagnée de mesures compensatoires adéquates, aura des impacts autant quantitatifs que qualitatifs sur les masses d’eaux de surface, souterraines et de transition à une échelle bien plus large que celle du site, sans oublier l’augmentation du risque d’inondation pour les habitants des villes alentours.

 

   Et ajoute =

 

Le Comité français de l’UICN estime donc qu’il est nécessaire, avant le lancement de tout travaux, de compléter les connaissances par la réalisation d’études permettant d’aboutir à une connaissance approfondie des impacts du projet sur les systèmes écologiques du site et de ses alentours. Il est notamment indispensable de disposer de données précises sur les fonctions liées à la gestion de la ressource en eau et sur les risques potentiels engendrés par la disparition d’une telle superficie de zones humides fonctionnelles.

 

   Tout cela dans une lettre adressée au ministre de l'Ecologie.

 

   Une énorme pierre balancée dans la mare aux grenouilles ou un très gros pavé dans le jardin marécageux de la zone humide à Ayrault...

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 14:52

6994412453_2b901269b4.jpg  

Les « class actions » constituent un recours collectif contre des entreprises qui, par exemple, auraient pu léser leurs clients ;  contre des « compagnies » comme l’on dit aux Etats-Unis où est née cette faculté. Laquelle existe dans douze pays de l’Union européenne. Mais pas en France !


C’est que le MEDEF est contre ! La CGPME aussi ! Quand bien même les associations de consommateurs y sont favorables. Les interdire, c’est un excellent moyen d’enrayer les recours par le coût des avocats


Cela me fait immanquablement penser aux célèbres lois Le Chapelier de 1791, lors de la Révolution française. Le premier décret qu’il propose, ce Le Chapelier, interdit le droit de pétition à titre collectif. Et Marat écrit : « Dire que le droit de pétition est individuel, qu’il ne peut se déléguer, c’est avancer à la fois cent absurdités ; c’est déclarer que des sociétés d’ouvriers, d’artisans, de marchands, de savants, etc., ne peuvent avoir […] aucun intérêt commun à défendre, aucun tort commun à faire réparer. »


Lorsqu’est voté, le 14 juin 1791, le second (et le plus fameux !) décret proposé par le même Le Chapelier interdisant toutes associations et coalitions… l’objectif est carrément révélé ! Seul Marat se dresse contre.


Nul doute que le MEDEF et la CGPME en rêvent !!


Aujourd’hui encore, le mot syndicat ouvrier reste la sainte horreur du libéralisme 

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans écriture
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages