Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 16:22

 

Je découvre en même temps que vous ce que j’ai entendu à la radio ce matin : la notion de « jour du dépassement ».


C’est l’ONG « Global Footprint Network » qui l’a calculé.

C’est à la date du lundi 18 août 2014 que la consommation de l’humanité a excédé ce que la nature est capable de générer en un an.

Donc, depuis hier nous vivons à crédit. A partir d’aujourd’hui, nous « entamons le capital » !

Alimentation, matières premières, absorption des déchets et du CO2, nous avons consommé en 7 mois et demi l’équivalent des ressources naturelles que peut produire notre planète en un an sans compromettre leur renouvellement.


Jusqu’en 1970, pas de jour de dépassement. En 2014, à la mi-août, nous avons utilisé la totalité des possibilités annuelles de la planète. En avance de 2 ou 3 jours chaque année !

C’est le signe, selon « Global Footprint Network », du niveau de vie de moins en moins soutenable des Terriens qui, par ailleurs, sont de plus en plus nombreux ! Il nous faut construire un avenir fondé  sur l’utilisation durable des ressources…


S’ils ne disposaient que de leurs propres frontières :

    les Japonais auraient besoin de 7 Japon,

    les Suisses de 4 Suisse,

    les Italiens de 4 Italie,

    les Français de 1,6 France. (ne parlons pas des Américains du Nord… !!)


L’un remarque que « les déficits écologiques et financiers sont les deux faces d’une même médaille ». L’autre constate « la dissipation exubérante d’énergie »


Le XXI° siècle sera celui de la « descente énergétique ». Rappelons-nous les sombres prédictions faites par le Club de Rome dans les années 70…

Nous sommes en train d’extraire en une seule génération autant de métaux que dans toute l’histoire de l’humanité (!). Métaux rares pour nos objets « high teck », mais aussi pour les générateurs d’éoliennes, pour les panneaux photovoltaïques…


Devient indispensable une baisse de notre consommation de matières premières. Et de la demande !


C’est la fin des économies fondées sur la croissance, la fin du modèle productiviste…


En serons-nous capables ? Si la réponse est « non », il ne fallait pas faire d’enfants…

 

Ou alors, imiter "Mortifère, l'actionnaire !"... ???

 


Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 18:04

   J'ai fait un rêve... improbable.

   Le président Hollande qui nous parle d'un calendrier pour la réduction des consommations...

   Eh, oui, il faut en passer par là

   Réduire de 35 % la consommation d'énergie !

   Et fermeture de VINGT réacteurs nucléaires, nécessaire pour ramener la part du nucléaire  de 75 à 50 % dans la production d'électricité d'ici à 2025.

   Porter à 45 % la part des renouvelables.

   Monter à 750 000 par an les rénovations thermiques "haute performance" dans les logements (à ca propos, lors de travaux importants dans un logement, rendre obligatoire son isolation).

   Lutter contre l'étalement urbain.

   Supprimer les avantages fiscaux aux énergies fossiles (aujourd'hui 20 milliards par an !)

   Et créer une banque dédiée pour accorder des prêts à taux réduits pour des projets reconnus "transition énergétique".

   Là, on ne rigole plus l'père François !

   Sinon, c'est de la parlotte...

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 17:41

7595843100_4174de1898.jpg  

Samedi dernier, l’association GREENPEACE  a envahi une bonne dizaine de supers marchés pour retirer des rayons la nourriture dépendant de la pollinisation. Disparus les tomates, les fraises, le café, le colza, les amandes !

Un effet bœuf.

Action particulièrement spectaculaire pour alerter une population de consommateurs qui roupille…

C’est que le nombre d’abeilles a diminué de 25 % entre 1985 et 2005 ! Or, un tiers de notre nourriture dépend de ces industrieuses petites bêtes.

Que fait la police… de la santé des hommes ?!

Il leur manque la fibre écologique ???

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 14:40

6408044945_8e62abb4c4.jpg   Ils sont d'une étourderie...

   Ils ont simplement oublié au vestiaire leur tenue vestimentaire d'ordonnateurs des pompes funèbres. "Ils", ce sont - par exemple - tous ces législateurs intègres qui ont si bien su rendre illégal l'usage de l'amiante. En combien d'années... ?

 

   Aujourd'hui, la pollution de l'atmosphère nous submerge...

 

          - Mais doukipudonctan ce jeune homme ? s'étonnait cette passante.

 

          - Enfin, ma bonne dame, du pot d'échappement, pardi !

 

          - Alors même qu'il est à l'âge de faire du vélo !

 

          - Ah ! cela aurait de l'allure des coursiers en tous genres, des livreurs de pizzas en triporteur.

 

   La passante, rêveuse :

 

          - Et si l'on imprimait sur leurs casques : "Pétarader tue !"... ?

 

          - Ouais, ou bien encore : "Je crache la mort"... Tant que le législateur, au fond de sa limousine, se croit bien à l'abri...

 

          - L'odeur du cuir combat les effluves des pots d'échappement ?

 

          - Et les vitres fumées font le reste.

 

          - "Fumées"... tiens... il y aurait beaucoup à dire...

 

   Qu'est-ce que vous avez contre les jeunes ? qu'il dit, l'autre.

   Rien de plus qu'à l'encontre des adultes. Un manque total de réflexion. En somme, la légèreté de l'être opposée à la légèreté de l'air...

 

   Beau slogan pro-asthmatique !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 16:57

2405519256_642678a77c.jpg   Il existe dans le vaste monde des "scientifiques" qui veulent notre bien; on ne s'en rend pas assez compte !

   Ces gens-là avancent qu'ils veulent nourrir le monde entier. Hélas, victimes d'une vue déficiente (on dit "miraud" dans mon quartier), ils n'ont pas observé que les FIRMES (détentrices de brevets) ont réussi à supprimer en partie les cultures vivrières de certains pays en imposant la monoculture de plantes OGM destinées à l'exportation !

   Ils n'ont pas perçu (affaire de lunettes de pros) que les promoteurs des OGM ont délibéremment organisé l'inefficacité des semences afin que les agriculteurs soient pieds et poings liés, chaque année, donc dépendants de ces merveilleuses FIRMES.

   Par ailleurs, ils ignorent totalement la signification du mot "contamination". Surprenant !

   On leur a caché, à coup sûr, les expériences menées en Amérique sur un papillon qui, lentement, supportaient (très, très mal !) une mortalité inquiétante. Les abeilles chez nous subissent le même sort; mais on ne peut, au nom de la liberté individuelle, obliger des gens à aimer le miel...

   Par contre, ce qui est insupportable pour des scientifiques, c'est d'ignorer la piètre durée de l'efficacité de leur création ! En 1947,  seuls 7 insectes résistaient à l'insecticide des plantes OGM. Aujourd'hui, plus de 600 insectes le font ! Et les agriculteurs de recourir en masse à la chimie...

   Beau succès !

   Il vient à mon esprit frondeur un soupçon inqualifiable : ext-ce que ce ne serait pas pour ces gens-là une affaire de pouvoir d'achat assuré... ?

   Ou bien, c'est le syndrome que décrivait Jacques Ellul : du moment qu'une découverte a été faite, on l'applique, coûte que coûte. Amen.

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 15:58

6989072968_f385a5c127.jpg   Aux "States", c'est un festival... "La folle journée de Nantes" enfoncée...

 

 

Lors d’inspections sur les mécanismes supérieurs de commande des grappes de contrôle de la réaction en chaine, 17 mécanisme sur les 45 inspectés ne respectaient pas les critères réglementaires. Aucun signe de fuite n’a été décelé. Les réparations et contrôles sont en cours d’exécution : le document n’évoque pas l’irradiation massive des travailleurs exécutant ces tâches.

 

 

Situation classée critique suite à l’arrêt automatique simultané des deux réacteurs de la centrale après la perte des alimentations électriques 13 000 puis 4 000 volts. L’alimentation en eau du réacteur n° 2 a été perdue pour une raison indéterminée (en cours de recherche). L’évacuation de la chaleur du réacteur n° 2 a été indisponible suite à la perte des pompes à eau, perte elle-même liée à une perte de vide du condenseur. Les groupes diésels de secours ont pris le relais de l’alimentation électrique. Le 27 janvier, la NRC a envoyé une équipe d’inspecteurs pour analyser cet évènement.

 

 

Du tritium à un niveau de 46 000 picocuries par litre a été mesuré dans la nappe phréatique sous la centrale. Des actions sont en cours pour tenter d’arrêter la fuite de tritium.

 

 

Alerte sur le site suite à la destruction des circuits de sûreté du réacteur après l’explosion ou l’incendie d’un transformateur qui a entraîné lui-même la perte de l’alimentation 480 v. Les opérateurs ont dû effectuer un arrêt manuel du réacteur. L’urgence a été déclarée et il y a eu perte des communications des circuits de commande du réacteur. Le réacteur aurait été mis en arrêt sûr et il n’y aurait pas eu de blessé, ni de dégagement de radioactivité dans l’environnement

 

 

L’urgence a été déclarée suite à un départ d’incendie dans le local informatique de gestion du réacteur. L’incendie a été déclaré sous contrôle, par les pompiers, 26 minutes après le déclenchement de l’alarme incendie.

 

 

 

Après obtention de la criticité dans le cœur du réacteur, un écart entre la hauteur des barres de commande (également nommées barres de contrôle) qui contrôlent la réaction en chaîne a été découvert : ces différences de hauteur créent un déséquilibre de réactions en chaîne entre différentes parties du cœur, créant une situation de fonctionnement interdite. Les opérateurs n’ayant pas réussi à rééquilibrer les pénétrations des barres, ils ont mis manuellement le réacteur à l’arrêt. Des recherches sont en cours pour tenter d’établir l’origine de ce problème qui a été jugé et classé critique.

 

 

  Globalement pas trop grave, n'est-ce pas ? Quoique du tritium baladeur...

   Et en France ? 

 

 

 

Le 21 janvier 2014, un contrôle sur le site de Gravelines a mis en évidence une présence anormale de tritium dans les eaux souterraines situées sous les installations.

 

   Et encore du TRITIUM !  Pour confirmation ??

 

   Ajoutons que le coût du traitement des déchets nucléaires rend ridicule les risques encourus...

   Aussi le prix de revient du mégawattheure n'est pas de 10 € (comme mensongèrement avancé) mais de...49,50 € selon le rapport de la Cour ces comptes de 2012 ! Plus s'écrie le Sénat (75 € !!) du fait de la nécessité de moderniser le parc nucléaire...

   Et cela, toujours dans l'ignorance de la facture véritable de l'enterrement des déchets...

 

   Ces "décideurs", il ne reste plus qu'à les précipiter dans des chaudrons de soufre bouillant. Point !

 

 

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 15:02

8377936254_4fbf0ee5fb.jpg   Cette Union est une référence pour les études de la biodiversité mondiale !

 

   Elle précise au sujet des zones impactées par ce projet controversé d'aéroport =

 

Mais surtout, de par la configuration topographique, leur situation géographique, et leurs conditions d’usages, ces zones humides jouent un rôle clé dans la régulation de la ressource en eau, dont l’écrêtement des crues. La destruction de cet écosystème, même accompagnée de mesures compensatoires adéquates, aura des impacts autant quantitatifs que qualitatifs sur les masses d’eaux de surface, souterraines et de transition à une échelle bien plus large que celle du site, sans oublier l’augmentation du risque d’inondation pour les habitants des villes alentours.

 

   Et ajoute =

 

Le Comité français de l’UICN estime donc qu’il est nécessaire, avant le lancement de tout travaux, de compléter les connaissances par la réalisation d’études permettant d’aboutir à une connaissance approfondie des impacts du projet sur les systèmes écologiques du site et de ses alentours. Il est notamment indispensable de disposer de données précises sur les fonctions liées à la gestion de la ressource en eau et sur les risques potentiels engendrés par la disparition d’une telle superficie de zones humides fonctionnelles.

 

   Tout cela dans une lettre adressée au ministre de l'Ecologie.

 

   Une énorme pierre balancée dans la mare aux grenouilles ou un très gros pavé dans le jardin marécageux de la zone humide à Ayrault...

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 15:54

     Mélenchon sur tous les fronts !

     Voici la teneur de son blog depuis l'Amérique latine :

 

FOTFC3D

En plein coeur de la forêt amazonienne, la multinationale Chevron a créé mille piscines dans lesquelles elle a déversé du pétrole résiduel, de l'eau polluée aux métaux lourds et les produits chimiques de son exploitation. Ces piscines sont censées avoir été nettoyées. Il n'en est rien. Une mince couche de terre jetée a servi à masquer la situation. De plus, la plupart des piscines n'ont pas été déclarées et elles ont contaminé tout l'environnement proche et lointain par ruissellement.

 Cette pollution a duré trente ans. Ce n'est donc pas un accident. Par conséquent, puisque cela a été fait en toute connaissance de cause, c'est un crime.

Pour rassurer les gens, les colons et les indiens, les responsables disaient que le pétrole était bon pour la peau, et ils recommandaient de se soigner avec. Ils disaient : « Vous pouvez laisser vos enfants se baigner dans les piscines »…

A présent, 30 000 personnes sont en action contre la multinationale. Chevron les poursuit pour association de malfaiteurs.

De leur côté, les victimes ont obtenu la condamnation de Chevron à 9,5 milliards de dollars de réparation. Et ils viennent d'obtenir d'un tribunal canadien le droit de poursuivre la multinationale sur ses biens au Canada ! Le même type de procès est engagé dans quatorze pays.

Du coup, la multinationale se retourne contre l'Etat équatorien et le cite devant un tribunal d'arbitrage. Son argument : le gouvernement de l'époque avait fait une lettre reconnaissant que tout avait été nettoyé correctement. La  compagnie Chevron demande sur cette base 13 milliards de dollars à l'Equateur.

Le gouvernement équatorien organise donc une action internationale pour contrer Chevron. Cette bataille nous implique de trois façons. D'abord, c'est la lutte pour le principe pollueur-payeur. Ensuite, c'est la lutte contre le droit des firmes d'en appeler à des tribunaux d'arbitrage contre les Etats. Enfin, c'est la lutte pour l'incrimination pour crime écologique contre l'humanité. Car c'est par milliers que se comptent les humains et les animaux morts, rendus malades, ou malformés par cette pollution de Chevron.

 

   Le blog de Mélenchon mérite d'être lu et médité plus souvent !

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 14:16

6979545091_f16d85f20d.jpg D'après"Sortir du nucléaire" =

 

Le 8 juillet 2008, une fuite au niveau du système de rétention d’une cuve de l’usine Socatri, sur le site du Tricastin, a conduit au déversement de plus de 74 kg d’uranium dans les cours d’eau avoisinants. Areva-Socatri a définitivement été reconnue coupable.

Le 26 novembre 2013, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi qu’elle avait déposé suite à sa condamnation pour pollution des eaux prononcée par la Cour d’appel de Nîmes, en septembre 2011. Une décision qui va avoir des conséquences considérables sur la jurisprudence environnementale…

Le site du Tricastin

Situé entre Valence et Avignon, le site nucléaire du Tricastin regroupe à la fois des installations de traitement du combustible et 4 réacteurs électronucléaires en fonction. La société Socatri, localisée sur ce site, assure la maintenance et le démantèlement de matériaux radioactifs, ainsi que le traitement des effluents nucléaires et industriels des sociétés Areva du Tricastin.

8 juillet 2008 : une importante fuite d’uranium dans l’environnement

Le 8 juillet 2008 au matin, les employés de l’usine Socatri se sont aperçus qu’il existait une fuite au niveau du système de rétention d’une cuve. Une partie du liquide radioactif s’est répandu sur le sol et dans le canal adjacent. Plus de 74 kg d’uranium, matériau hautement radioactif et qui nécessite plusieurs centaines de millions d’années pour perdre la moitié de sa radioactivité, ont ainsi été rejetés dans les cours d’eau avoisinants. 30 m3 d’effluents chargés d’uranium ont contaminé les eaux superficielles, privant la population d’eau potable, et polluant des lieux de baignade fréquentés. Selon une évaluation effectuée à l’époque par la CRIIRAD, la pollution correspondait à 27 fois la limite annuelle des rejets autorisés.

Le Réseau "Sortir du nucléaire", de même que de nombreuses associations et citoyens, ont déposé plainte et se sont constitués partie civile. Le 14 octobre 2010, le tribunal correctionnel de Carpentras a condamné Areva-Socatri pour retard dans la déclaration d’incident mais l’a relaxée du délit de pollution des eaux (voir le jugement, en document joint). Cette décision a donc été contestée en appel.

L’audience a eu lieu le 17 juin 2011, à la Cour d’appel de Nîmes. Elle a permis, à nouveau, de mettre en lumière les graves négligences qui sont à l’origine de l’accident de 2008. L’affaire a été mise en délibéré et le verdict a finalement été rendu le 30 septembre 2011 (voir l’arrêt, en document joint). Areva-Socatri a enfin été reconnue coupable du délit de pollution des eaux, en plus de sa condamnation pour retard dans la déclaration d’incident. Elle est condamnée à payer une somme d’un total de plus d’un demi-million d’euros : 300 000 euros d’amende et 230 000 euros de dommages et intérêts soit 160 000 euros à l’ensemble des associations et 70 000 euros aux particuliers.

Areva-Socatri a déposé un pourvoi en cassation à l’encontre de cette décision. L’audience a eu lieu le 15 octobre 2013.

Le 26 novembre 2013, la Cour de cassation a tranché en rejetant définitivement le pourvoi des pollueurs. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ se réjouit de cette condamnation définitive, qui ouvre la voie à une répression plus stricte des pollutions de l’industrie nucléaire. Cette décision a un impact considérable sur la jurisprudence environnementale : le délit de pollution des eaux peut être constitué dès lors que le déversement conduit les autorités publiques à prendre des mesures de restriction d’usage de l’eau et/ou d’interdiction de baignade.

 

FAITES PASSER... !!

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 14:38

5437288053_624c075aa3.jpg 

Le mouvement de capital ne produit de la survaleur (« plus-value ») que pour se reproduire lui-même comme capital.


Démonstration = C’est la dixième fortune du BTP. Michel Ramery est industriel « du bâtiment » dans le Nord-Pas-de-Calais. Depuis 2007, il a remporté plus de 700 marchés publics quand Bouygues en enlevait 74… Il s’est aussi mêlé de tri des déchets et a acheté de nombreuses entreprises agricoles tout en ayant des activités de promotion immobilière à Paris…


Or, un décret de 2011 vise à favoriser le développement de la production et de la commercialisation de BIOGAZ dans les exploitations agricoles.

Alors, Ramery projette un élevage bovin de 1000 vaches laitières auquel il associe un méthaniseur (13 fois plus puissant que les méthaniseurs agricoles ordinaires !). Une étable de 200 mètres de long est prévue ! Ce, sur un terrain lui appartenant.


Le maire de la commune n’a rien signé mais c’est le Préfet qui a autorisé le permis de construire et l’autorisation d’exploitation de 500 vaches laitières, c’est-à-dire plus de 800 bêtes hors sol avec les génisses et les veaux.

A moins de 600 mètres des premières maisons ! Quand l’OMS « recommande d’éviter les concentrations d’animaux, source de maladies infectieuses avec risques de transmission à l’homme. »


Un producteur céréalier affirme : « La prévention des maladies, c’est l’enfer dans ces mégastructures. Jamais je ne prendrai l’épandage de cette ferme sur mes parcelles ». Il faut savoir que la zone d’épandage prévue concerne 24 communes, et à terme 50. Cela représente  40 000 tonnes de résidus à épandre


Le dir-cab de Le Foll, ministre de l’Agriculture, estime « qu’il s’agit de méthodes et de technologies innovantes dont les résultats, s’ils sont vérifiés, pourraient être exploités dans le cadre de projets collectifs »… (fermez les guillemets !).


Voilà comment la Picardie, la Haute-Normandie et le Nord-Pas-de-Calais s’acheminent vers… l’intérêt général ( !)… et le plateau de Millevaches du centre de la France (dérive des continents… ?

Dérive, oui !!)

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans ecologie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages