Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 17:39

5087472526_425472bec5.jpg   Ce qui est absurde dans la situation qui résulte pour toute l’Europe de ce qui se passe en Grèce c’est que les mesures ne sont pas prises pour empêcher l’effet domino. Je veux dire dans les autres pays qui se trouvent menacés du fait des causes exactement similaires qui existent partout et produiront sans aucun doute le même résultat que celui qui s’est produit en Grèce.

   On me dit que c’est précisément le but du plan d’austérité « euro plus ».

   Je crois que c’est totalement absurde. La contraction de l’économie que va provoquer ce plan est une certitude. Comment dans ce cas remplir les caisses publiques d’impôts et de taxes si le nombre des transactions diminuent et si le nombre des personnes en état de les payer diminue lui aussi ? D’une part l’Etat de plus en plus pauvre se désagrège. La société se disloque. Faute de ressources, le déficit de l’Etat s’accroit, la dette augmente et son financement coûte de plus en plus cher accroissant encore mécaniquement la dette. On connait, c’est le cas grec.

 

   Alors que le déficit du budget de ce pays a à peine augmenté cette année après les coupes claires pratiquées, la part de la dette par rapport à la richesse produite, elle, a augmenté de plus de dix points du seul fait de l’augmentation des taux d’intérêt

   D’autre part, les personnes privées, privées d’emploi, les commerçants sans activité, et tout le maillage de base de la production et de l’échange en quel que sorte, qui ne peuvent plus payer leur dette menacent le système bancaire. Après tout c’est cela qui s’est passé avec la crise des subprimes aux USA. Au bout de ce chemin c’est le système lui-même qui s’écroule.

   On croit gagner du temps en étranglant tout doucement la Grèce pour éviter qu’elle se mette en défaut de paiement et ne coule les cinq grosses banques européennes dont elle est la cliente. Erreur, avons-nous démontré mille fois. Les artisans de ce plan ne peuvent l’ignorer. Je me dis : ils le savent, alors pourquoi n’en tiennent-ils aucun compte ? Pourquoi ne nous donnent-ils pas raison et ne permettent-ils pas que notre plan B s’applique dans leur propre intérêt ? Racheter la dette grecque et ouvrir les vannes de l’emprunt à taux zéro pour les autres pays pris à la gorge ne coûte rien pour finir et éteint d’un coup l’incendie.

 

   Si notre plan B était appliqué que ce se passerait-il ? De l’inflation hurle la banque centrale européenne. Nous dirions "et alors ?". Où est le problème de l’inflation? Les sommes en causes ne feraient pas exploser cette inflation. Elle produirait juste une dévaluation raisonnable de  l’euro par rapport aux autres monnaies. Et alors ? Ce serait juste une prime à l’exportation des marchandises européennes, donc un effet de relance. Bien sûr il y a un aspect très ubuesque. La banque centrale rachèterait des titres de dette grecque aux banques qui les possèdent… grâce aux emprunts qu’elles ont fait elle-même à la banque centrale, et… au prix exorbitant qu’ils ont coûté à la Grèce… Mais du moins ces établissements retrouveraient leur mise et il n’y aurait pas de panique ni d’effondrement. Il sera toujours temps de les taxer sur ces profits exceptionnels.

 

   L’empêchement n’est donc nullement comptable. Seulement politique. Faire cela c’est changer le statut de la BCE. L’horreur pour les libéraux. Car si on commence là, où ira-t-on ensuite ? Donc ils préfèrent s’arcbouter sur la défense de ce qui est. Même si cela doit pour finir tout faire tomber.

 

voir www.jean-luc-melenchon.fr

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 17:12

   Vous savez à quelle époque remonte la première dette de l'Allemagne ? Au temps des colonels ! Le régime dictatorial empruntait pour se donner les moyens de rester au pouvoir en opprimant le peuple. Malheureux grecs !

 

   Savez-vous combien de fois l'Allemagne a fait faillite ?

   Au cours du XX° siècle, au moins 3 fois. De quoi nous laisser pantois !

 

   De 1924 à 1929, la République de Weimar a emprunté aux USA de quoi payer les réparations (exorbitantes !) de la première guerre mondiale. Le premier défaut de paiement survient dans les annnées 1930.

 

   En 1953, remise considérable des USA à la République Fédérale... jusqu'à la réunification éventuelle.

   Sa stabilité financière, l'Allemagne la doit aux USA qui, par deux fois, ont renoncé à des sommes énormes.

   Pendant ce temps, les pays d'Europe supportaient les dégâts causés par la guerre et l'occupation allemande.

   Et l'on vantait le "miracle économique" allemand !

 

   En 1990, l'Allemagne s'est retrouvée en situation de non-paiementKohl refuse d'appliquer les accords de 1953 ! Ainsi, les crédits prélevés de force dans les pays occupés pendant la seconde guerre mondiale n'ont pas été remboursé aux pays victimes de l'occupation allemande. Dont la Grèce !!

 

   Aujourd'hui la Grèce est menacée de faillite. Vous avez remarqué l'attitude de Merkel ? Abjecte.

   De toute façon, les Grecs ne pourront pas s'en tirer seuls. Qui va payer ? Logiquement, le premier des payeurs devrait être... l'Allemagne !

 

   Nous allons voir réapparaître  ces vieilles revendications liées aux réparations de guerre...

   L'Histoire nous enseigne que renoncer à une grande partie des créances serait le plus raisonnable. Mais... certaines banques n'y survivraient pas.

 

   D'où les boniments de Merkel et... Sarkozy.

 

Source = "Courrier International"

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 19:19

5363579104_cfd0637035.jpg   C'est une catastrophe pour la parité c't'affaire !

   Toutes les femmes de ménage vont devoir être licenciées et remplacées par des hommes. Ah, oui, car les clients d'hôtels esseulés sont en énorme majorité des messieurs qui pourraient avoir la tentation de se conduire comme DSK et de faire bon ménage avec les femmes du même nom.

   Et dans les assemblées de la république, il va falloir éviter à tout prix la promiscuité avec des députées (seraient-elles en pantalon) en grand danger.

 

   Une chose est sûre : il ne peut pas revenir dans le jeu politique. On imagine déjà le ton de la campagne : aveu (planétaire) de coucherie, ADN, sperme... n'en jetez plus ! Et puis le slogan "La Trique Président !", ça ne fera pas un strapontin.

   Plus sérieusement, cette affaire nous aura éclairés sur une faille de DSK (connue maintenant du monde entier) qui discrédite ses supporters. Comment souhaiter le plus haut niveau de responsabilité à un homme aussi fragile sur le plan des pulsions sexuelles ! Ils n'ont jamais entendu parler de Mata-Hari ? Les confidences s'arrachent sur l'oreiller...

 

   Enfin, le fait que cette madame Diallo soit, apparemment, une vénale relance la suspicion d'origine : à qui profite le crime ? A Sarkozy à l'évidence ! De là à soupçonner que l'actuel locataire de l'Elysée ait fait soudoyer une "soubrette" pour couler son principal concurrent, il n'y a qu'un pas.

 

   Qui le franchira ??

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 16:02

4163553629_76793bd5aa.jpg   Nous étions une foule impressionnante sur la place Stalingrad pour assister au lancement de la campagne du candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon. Le speaker annonça triomphalement 6 500 personnes. J'aurais cru beaucoup plus !

   Les orateurs se succédèrent avec un Christian Picquet particulièrement dynamique et, en finale, Mélenchon portant toujours haut l'intérêt du peuple face à ces insupportables néo-libéraux malades d'avidité. "Place au peuple" clamait l'affiche du meeting !

 

   Que l'on pense ce que l'on veut de "la gauche de la gauche", le fait que, surmontant ses divisions, elle soit parvenue à s'accorder sur un seul et même candidat à cette (foutue) présidentielle est un évènement politique, pour le moins une information !

   Et le métier de journaliste ne consiste à cacher l'information que dans les régimes non démocratiques. La France sarkozyste est donc ravalée au niveau de ces "républiques" bidon ?

   Jugez en : Sur France Musique, rien ce matin, rien ce midi ! On évoque pourtant le ralliement de Moscovici à Hollande. On fait état de l'importante grève contre la réforme des retraites en Grande Bretagne (joli passerelle pour parler de Mélenchon !) Non, raté !

 

   Pas le temps avec la libération des deux otages d'Afghanistan !

   Ainsi, France 2 le trouve pour parler du "plus grand tapis rouge du monde" destiné aux people de Monaco... pour filmer les embrasades des ministres qui s'aiment tant après les déchirements du remplacement de Lagarde. Le Maire, ulcéré, déclarant qu'il reprend sa liberté de parole. Le temps retrouvé pour évoquer le ralliement de Moscovici à Hollande (encore !). Mais de Mélenchon, point !! Elise Lucet aura bien mérité du sarkozysme...

 

   Sur France 3, c'est le journal régional qui aura sauvé l'honneur (enfin, il nous avait semblé que Mélenchon ne se présentait pas seulement en Ile-de-France...). On aura tout de même entendu  : "Départ réussi pour Jean-Luc Mélenchon avec plus de.....  4 000 personnes." Mais le reportage noie le discours du candidat dans des chansons. On choisit de montrer "L'Internationale" chantée en choeur, pas "La Marseillaise" qui cloturait le meeting... (c'est à ces petitesses là que se reconnaissent les journalistes ayant un bel avenir ?)

   Pour être honnête, j'ai quand même entendu en conclusion :

   "Une France insurgée va-t-elle se reconnaître en Jean-Luc Mélenchon ?"

 

   Juste propos !

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 16:34

5529110874_849697a092.jpg   Pour tous ceux qui ne pourront pas être sur la place Stalingrad à Paname,

   Pour tous ceux qui ne connaissent pas bien les propositions de Jean-Luc Mélenchon,

   Pour tous ceux qui se sentent abandonnés par la politique.

 

   A comparer avec les parlottes du Trédisant de la République...

   Qu'est-ce qu'il nous dit par rapport :

 

   - à la refonte de la fiscalité et l'abrogation des niches fiscales ?  Rien du tout, n'est-ce pas ?

 

   - à l'abandon de la constitution de la V° république, faite sur mesure pour un politicien autoritaire ?    Absolument rien.

 

   - quant à la réforme du mode de scrutin fortement déséquilibré, cet uninominal à deux tours qui favorise grandement le parti arrivé en tête ?   Il s'en garde bien !

 

   - à la prétention de la Commission européenne et du FMI et de la BCE de superviser le budget de la France ?    Il en est d'accord...

 

   - au rôle de la BCE (vous savez bien : la Banque Centrale Européenne), passive devant les difficultés de certains Etats de l'Europe du fait de son statut ?    Il est tout coi.

 

   - à l'avenir du nucléaire français dont la population ne veut plus ?    La sourde oreille, il fait...

 

                          ... etc.   ... etc.

 

   Surtout que rien ne change. On continue dans l'injustice et l'inacceptable.

 

   Et les socio-démocrates ? Quelles paroles sur ces sujets ?

 

   Nous abordons là le coeur de notre avenir politique.

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 15:27

   Son entourage fait circuler : "Oui, j'ai changé". Tu parles !

   Ils disent souvent ça pour masquer leur bilan. Pour Sarkozy, un déficit abyssal pas du tout dû à la crise mais aux cadeaux fiscaux, à destination des riches, consentis par Sarkozy (au moins 90 milliards d'euros !!)

 

   Peut-il sortir autant de mensonges de la bouche d'un seul homme ? La réponse est "oui" ! Et comme toujours, il débite sa logorrhée sur le ton de l'évidence outragée.

 

   Il enfourche pour la nième fois son dada à l'encontre des 35 heures. Il rabâche, pour ne pas dire qu'il radote (il doit savoir son texte par coeur !). Or, ses accusations sont des faux !

   La France travaille plus (36,2 heures par semaine) que ses voisins : Pays-Bas (29,9), Grande Bretagne (35,1), Danemark 35,4), Allemagne (35,9). Plus que les Allemands ! Ce sont des chiffres Eurostat 2004. Depuis Sarkozy a essayé de démanteler les 35 heures, cela n'a donc pu que s'aggraver!!

   En rabâchant ainsi, il obéit à l'adage selon lequel un mensonge répété 7 fois devient une vérité pour l'opinion publique... Bon courage, mon petit !

 

   Par ailleurs, il essaie de nous faire croire qu'il a empêché ("moi, Sarkozy") de connaître la situation de la Grèce. C'est encore de la fausse monnaie ! Il oublie tout bonnement que ce sont ses amis politiques néo-libéraux, la droite grecque, qui ont précipité leur pays dans ce gouffre. En truquant les chiffres (!)

 

   Pas de doute : il est atteint de la maladie d'Alzheimer. Il déclarait dans "Les Echos", le 9 novembre 2006 : "Je veux développer le crédit hypothécaire en France. C'est ce qui a permis de soutenir la croissance économique aux Etats-Unis."

   Aux Etats-Unis, le modèle ! Heu... jusqu'à la crise des subprimes... due au fait que les banques américaines prêtaient, pour acheter leur maison, à des ménages qui n'avaient pas les moyens de s'endetter ainsi. Mais elles leur faisaient signer un prêt hypothécaire de façon à se payer en vendant la maison des ménages qui ne pouvaient plus payer leurs mensualités. D'où la crise ("des subprimes") : trop de maisons à vendre...

 

   Quel flair, Sarkozy ! Quel talent !

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 16:57

1413728576_e443e1c279.jpg   Borloo dans le texte = 

   "J'essaie simplement de comprendre pourquoi ma démarche crée autant d'inquiétudes." (!) Quel (faux) naïf !

   Si Sarkozy n'était pas à 19 % d'intentions de vote, où il en serait ce Pierrot... ?

 

   "Nous sommes au-delà des acteurs politiques (?) [...] tous ceux qui veulent une société plus juste, généreuse, audacieuse... [...] A l'Alliance ("républicaine, écologiste et sociale", si, si !), nous n'envisageons une sortie de crise que par une relance économique, industrielle, agricole..." (et il en oublie sûrement, si ça se trouve...)

 

   "Je crois qu'il y a une capacité de recréer un enthousiasme français, à une condition : être authentique, aller au fond des choses, prendre les problèmes un par un, à bras le corps, et ne pas seulement se contenter de slogans"

   Oh ! qui a fait ça ? Des noms ! Enfin... un nom !

 

   "La mutation économique et énergétique par la méthode du Grenelle..."

   Heu... ah bon ? où il est interdit de parler du nucléaire, enfin la méthode où Sarcule, fortement ??

 

   "Il me faudra mettre en oeuvre les engagements pris."

   Invoquer cela après l'allusion "au Grenelle" (trouvaille de com'), c'est de la naïveté vraie, non ? Ou la pire des roueries...

 

   Enfin, la conclusion :

   "Je suis là pour servir les Français !"

 

   De toutes conditions... ?

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 16:10

5260018177_9030f78427.jpg   Que doit faire un Etat incapable de payer ses dettes ?

 

   Il peut comprimer drastiquement ses dépenses : tailler à la serpe dans les dépenses publiques, l'exemple de la Grèce est là pour nous le rappeler : tout y passe, salaires, retraites, nombre de fonctionnaires, commandes publiques...

   Jusqu'à la révolte des citoyens... il y a un seuil de tolérance social et politique !

 

   Il peut aussi augmenter ses recettes ! c'est-à-dire les impôts sur les plus aisés. Elever le taux d'imposition de la tranche la plus haute (aujourd'hui en France au-delà de 70 830 euros... calculez ce que représente par mois un tel revenu imposable !!)

 

   Evidemment, du point de vue du friqué, ce n'est pas réjouissant. Si cela ne lui est pas imposé, il préfèrera de beaucoup prêter de l'argent à son Etat endetté par le biais d'obligations d'Etat. Ce qui - en plus - lui rapportera !

 

   Nous avons la réponse à la question du titre !

 

   Conclusion : ne votez jamais pour un candidat issu de la classe "supérieure" privilégiée. Cela évitera au journal "Les Echos" de titrer (il y a deux jours) :

               "Le nouveau sauvetage de la Grèce ménage le secteur privé."

 

   Petit rappel en ce qui concerne l'imposition de la tranche la plus élevée : de 1932 à 1980, aux USA, le taux sur cette tranche était de 82 %. Aux Etats-Unis !!

 

   Elus français, vous avez des progrès à faire...

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 15:16

1385669162_7cdd92104e.jpg   Ainsi les militants communistes ont définitivement désigné Mélenchon comme candidat à la présidentielle. Approuvant le vote des 671 délégués.

   S'y opposaient, les "orthodoxes" et aussi les militants communistes voulant ménager le Parti Socialiste. Pour les "orthodoxes", André Gérin écrivait carrément - et sans tristesse aucune - sur son blog : "Si Mélenchon n'est pas désigné, il n'y aura plus de Front de gauche."

 

   Alors, le rapprochement effectué depuis 2005 entre le PCF, le Parti de gauche et la Gauche unitaire (et récemment la FASE) aurait été remis en question !

   Catastrophe dans une France (et dans une Europe) où la soi-disant alternance gauche-droite ne fonctionne plus. Parce que les "socialistes" au pouvoir, obéissant  au FMI, "oublient" de travailler à une autre répartition des richesses !

 

   Que peuvent penser les peuples en entendant le cynique choeur FMI-Union européenne oser :

     "Vous vivez au-dessus de vos moyens." (!)

   Conséquence : les sociaux-démocrates, Zapatero, Socrates connaissent des revers électoraux carabinés; et Papandréou a paru éviter la sanction au prix d'une abstention massive.

 

   Nous sommes 80 % à avoir besoin d'une véritable alternative !!

 

   Au nom du Front de gauche, Mélenchon préconise une opposition frontale à cette Europe néo-libérale :

          - suspension de l'application de certaines directives européennes en raison de l'urgence économique, sociale et écologique,

          - abolition des clauses instaurant le primat du droit européen sur le droit national,

          - refus d'examen préalable de son budget par la Commission européenne,

                                  ... etc,   ... etc.

 

     Voilà enfin une réelle alternative politique.

  

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 15:11

4433401260_cebc7070c5.jpg   Voilà les sarkozystes pris de panique devant la perspective des primaires socialistes... qui permettent la comparaison avec le processus de désignation autoritaire de leur parti.

   On les a connu plus sereins !

 

   Le retors Copé feint de s'inquiéter de risques d'entorse à la démocratie : les employés des collectivités locales à direction socialiste pourraient se trouver sous la pression de leurs élus. Lesquels auraient la possibilité de savoir qui de leurs subordonnés n'ont pas été voter aux primaires...

   La belle affaire !

 

   Les socialistes espèrent de 1 à 4 millions de participants à ces fameuses primaires; disons raisonnablement 2 millions, au mieux.

   Or, au premier tour de la présidentielle, ils escomptent au moins 20 % des suffrages exprimés. 20 % des 44 000 000 d'électeurs inscrits (diminués des 20 % d'abstention-nistes), cela fait environ 7 000 000 de voix.

   Il y aurait donc 5 000 000 (7 000 000 - 2 000 000) de votants qui, sans participer aux primaires, choisiraient le candidat socialiste au premier tour.

   En conséquence, personne n'est en mesure de deviner le vote à la présidentielle de ceux qui n'auront pas participé aux primaires !

 

   C'est une évidence que feint d'ignorer la propagande sarkozyste.

   C'est misérable !

   Une fois de plus, ce parti mérite le surnom d'Usine à Mauvaise foi Perpétuelle...

 

   Aussi, les socialos auraient dû leur envoyer un courriel ainsi libellé :

      "Excusez-nous pour la gêne occasionnée..."

 

 

 

   P.S. =  Les chiffres ci-dessus sont un ordre de grandeur qui ne tient nullement  compte de l'impact de la campagne de Mélenchon...

               (Néanmoins, le raisonnement reste valable).

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages