Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 15:42

   UNR, RPR, UMP... même MAFIA.

 

3591705364_0abf7770b7.jpg   En 1998, Pierre-François DIVIER, "remuant avocat", a été cambriolé. On lui a volé des documents sur l'affaire des emplois fictifs du RPR. Respectable RPR !

   La même année, une magistrate du Conseil d'Etat qui travaillait sur le dossier des faux électeurs de Paris s'est fait voler son ordinateur dans son bureau. Honorable RPR !

   Et ces deux enquêtes ont fini par être classées, faute d'éléments.

 

   C'était sous Chirac.

   Est venu Sarkozy. "Rupture ! rupture !!".

 

   Ca ne vous rappelle rien dans l'actualité récente, des vols d'ordinateurs ? Des vols relatifs à l'affaire  Woerth-Bettencourt... !

 

   Même parti, mêmes hommes, même combat loyal...

   Respectable HUM-PEU ! Hommes de peu.

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 15:58

   Dans la grande tradition des sous-mariniers  - traduire des faux-culs de droite -  en France, les fonds de pension ont pris le nom... d'épargne retraite. Enfumons le populo...

   Il est vrai que la réputation de la retraite par capitalisation a le feu aux basques. Hé, ces fonds débaptisés recherchent les hauts rendements et prennent des risques sur les marchés financiers... Or, il paraît qu'il y a eu deux déconfitures boursières en 2001 et 2007 ! Non ? Résultat : "Dans les pays dédiés à la capitalisation, ce sont les déficits qu'on affiche partout", nous disent Attac et la Fondation Copernic, "ils ont perdu près d'un quart de leur valeur; les régimes en répartition ont beaucoup mieux résisté".

   Dans ces conditions, le MEDEF et les "libéraux" auraient dûs se calmer ? Que nenni : les compagnies d'assurance et le capital financier ont trop d'appétit devant les 100 milliards d'euros "immobilisés" par le régime par répartition !

   Ca a commencé avec la réforme Fillon des retraites, en 2003. Savez-vous qui a déposé les amendements instituant les organismes adéquats ? Novelli et... Woerth! Ben oui : y'a comme une cohérence... dans l'idéologie.

   Le MEDEF rabâche : "Nous voulons un nouveau dispositif très incitatif, voire obligatoire, de système par capitalisation."

   - Et ceux qui n'ont pas les moyens d'économiser ?

   - No comment.

   - Ah, c'est donc pour ça qu'ils veulent à toute fin "réformer" les retraites... ? Affirmatif.

 

   Est-ce que "le peuple" commencerait à comprendre... ? 

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 16:50

   Il faudrait savoir de quoi qu'on cause !

   Vous connaissez l'apiculteur qui enfûme ses abeilles ? Eh bien, il y en a un qui fait son retour à la terre... Imité par tous ses godillots qui rabâchent jusqu'à plus soif les mêmes sornettes.

 

   Car il faut lire Pierre Larouturou :

   "La baisse de la part revenant aux salaires dans la richesse annuelle produite (le PIB) a commencé bien avant 2000; elle se constate dans tous les pays occidentaux. Ceci, pour le plus grand profit des actionnaires !

   "Que faire ? L'erreur fondamentale est de croire que la solution viendra de la croissance (avec 4 millions de chômeurs ?). Il faut s'attaquer radicalement au chômage et à la précarité : il faut inventer un nouveau contrat social."   

 

   D'où sa proposition de la semaine de 4 jours (32 heures). Antoine Riboud la proposait déjà en... 1993. Une étude du ministère du Travail, en 1997, estimait qu'un mouvement général vers les 4 jours créerait, tenez vous bien, 1 600 000 emplois en CDI (sans parler des métiers qui seraient nécessaires autour du temps libre).
   Dès novembre 1993, la "formule Larrouturou" a été testée par Patrick Artus (un de économistes les plus respectés selon Michel Rocard) : le bouclage macro-économique tient ; maintien du potentiel de production, stabilité des coûts, stabilité (ou hausse) du revenu disponible des ménages, pas d'aggravation du déficit public.

 

   Une forte baisse du temps de travail : sauve nos retraites,

                                                            rééquilibre le marché du travail, donc renforce le camp des salariés dans la négociation sur les salaires (donc nouveau partage de la valeur ajoutée !),

                                                            relance la croissance.

 

   Qu'est-ce qu'on attend ? Ah oui, les socialos ont peur du débat sur les 35 heures... qui ont créé 350 000 emplois en 4 ans.


   Quel est le rigolo qui a dit "c'est du pipeau" ? Y serait pas à L'Elyseau... des fois...


   Parce que les 32 heures, ça existe déjà en France ! La semaine de 4 jours est une réalité dans 400 entreprises (Fleury-Michon, Mamie Nova, mais aussi dans des centaines de PME inconnues)


   L'archaïsme loge à l'Elysée, si ça se trouve...

[source : "Le livre noir du libéralisme" de Pierre Larrouturou]

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 18:16

   Cramponnez-vous : je viens de lire sur "la toile" :

 

   Les syndicalistes dénoncent  la consigne donnée aux directions locales de la SNCF lors d'une réunion le 12 octobre :

 

   "Le nombre des grévistes et le pourcentage afférent doivent être fournis à la Direction nationale pour transmission à l'Elysée avant toute communication à la presse ou aux organisations syndicales. L'Elysée donnera par la suite les chiffres à communiquer officiellement."

 

   C'est-y pas mieux comme ça... ?

 

   Quel grand démocrate !!!

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 18:04

5077914637_9c036816d5.jpg   C'est lamentable de parti-pris.

   S'il est une chose indéniable, c'est que la productivité augmente ne serait-ce que via l'informatique. "Une tendance lourde" concluait André GORZ.

   Aussi, le "travailler plus" de Bobard-man revenait dans le "meilleur" des cas à dégager des profits de plus en plus imporatnts... pour les actionnaires !

   L'autre possibilité restait, et reste, d'augmenter les salaires tout en réduisant le temps de travail. Avec plus de quatre millions de chômeurs, partager le travail est tout sauf une ânerie. Mais Fanfaron 1er, en bon ex-maire de Neuilly ne veut rien partager ("Ce mot, quelle horreur !"). cela lui rappelle "les partageux" Ouille-ouille-ouille...

  

   "Le débat sur les retraites met en cause la répartition des gains de productivité" nous assurent Attac et la Fondation Copernic.

   C'est la répartition entre le travail et le capital qui est en jeu.

   Hors le partage du travail, donc la réduction du chômage, il n'y a pas de solution pour les retraites. On a vu la "réforme Fillon" qui devait avoir résolu le problème il y a sept ans (!?!). Itou avec celle-ci. Alors, la retraite par capitalisation ? Cette fois, la madame Parisot en bave sur ses chaussures... (la malpropre !)

 

   Un débat interdit par Sarkozy et le MEDEF ? Pauvre démocratie.

 

   Ne lâchons pas !!!

 

 

Cf : http://www.politis.fr

 

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 16:46

   Fin 1995, c'était le nième "plan sur les retraites et la sécurité sociale"... Il paraît que Juppé s'en souvient.  

 

 "Comme en mai 1968 le drapeau rouge a été hissé sur le campanile de la gare des Bénédictins qui domine Limoges" écrivait "Le Monde" du 7 décembre 1995.

 

   Mais à la différence de mai 68, le mouvement a peut-être été cette fois moins centralisé encore, touchant fortement des villes comme Toulouse, Nantes, Montpellier et Bordeaux, Nice ou Rouen. Pour les étudiants, tout est parti de Rouen le 9octobre, Toulouse suivant dix jours plus tard, avant que Metz et Orléans ne s'y mettent quand Rouen était déjà en grève depuis trois semaines.

   Pour la fonction publique, cela a démarré le 23 novembre avec la grève totale et reconductible des cheminots qu'ont prolongé les dépôts d'autobus de banlieue, des centres de tri, des secteurs EDF.

 

   Le mouvement est populaire : 62 % d'opinions positives au 2 décembre après dix jours de paralysie nationale des trains, et de la totalité des transports publics en région parisienne.

 

   Pierre Bourdieu : "Je suis ici pour dire notre soutien à tous ceux qui luttent, depuis trois semaines, contre la destruction d'une civilisation associée à l'existence du service public, celle de l'égalité républicaine des droits, droits à l'éducation, à la santé, à la culture, à la recherche, à l'art et par-dessus tout au travail. Je suis ici pour dire que nous comprenons ce mouvement profond, c'est-à-dire à la fois le désespoir et les espoirs qui s'y expriment, et que nous ressentons aussi." 

 

                                                    Extrait des "Grandes luttes de la France ouvrière"

                                                                           d'Alain Rustenholz.

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 16:28

   On appelait "stratégie de la tension" le fait de la part d'un gouvernement de pousser des extrémistes de droite à commettre des attentats en les attribuant ensuite à l'extrême gauche (!). Riante Italie...

 

   En France aujourd'hui, nous avons un cas de figure un peu différent.

   Soit un bonhomme avec ses discours à l'emporte pièce qui a gagné le surnom de Karcher-man. Gain uniquement sémantique vu l'échec total, patent, effarant, de sa "politique sécuritaire"... ! Mais, on le sait : le ridicule ne tue pas.

   Alors, à ses grouillots, il impulse des "éléments de langage" de préférence tordus. Des injustices répétées, justifiées (!), assumées.

 

   Devant la réaction populaire massive (70 % s'opposent à ses "réformes", il se veut aussi sourd qu'une oreille obstruée par un chapelet de boule Quiès.

   Une frustration, aggravée par la morgue du monsieur (une sorte de marque de fabrique de cette inénarable HUM-PEU), qui laissera des traces profondes dans les urnes.

 

   "Alors, que faire ?" se dit-il au fond du trou (26 % d'opinions favorables d'après "Le Monde"). "Mais... jeter de l'huile sur le feu..."

   Susciter délibérément un climat de révolte. Provoquer des violences qui engendreront la répression policière, laquelle entraînera des violences en retour... Cycle archi-connu. A la clef, effroi des petits-bourgeois que sont devenus pas mal de Français et... victoire électorale des "tenants de l'ordre".

 

   Vous n'y croyez pas ? Vous voulez une preuve ?

 

   Le cas Woerth. 

   Un ministre nageant avec morgue dans le conflit d'intérêt, équipé de multiples casseroles"...l'affaire Woerth-Bettencourt, l'affaire Woerth-Wildenstein, l'affaire-Woerth-de Maistre sans oublier l'affaire de la forêt de Compiègne ! L'intelligence, pour qui veut apaiser, était de le faire démissionner. L'aveu était déjà accompli par sa démission du poste de trésorier de l'HUM-PEU...

   Mais dans le cas contraire, transmuer la tête de comptable en chiffon rouge.... ça c'est de la provoc' !

   Attiser les braises, c'est du Sar-coq tout craché !

 

   Cherchez l'intérêt général dans une pareille rumination tortueuse...

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 16:13

4923822820_d982b51a41.jpg   Oui, le référendum est de nature populiste.

   Mais réclamer un référendum, dans notre situation, réinstalle la démocratie où il n'y a aujourd'hui que mépris absolu de l'opinion publique, refus de négocier avec les syndicats, débat écourté à l'Assemblée Nationale (dans laquelle, pourtant, le troupeau HUM-PEU est au garde-à-vous...)

   70 % des Français se déclarent contre le projet sur les retraites ?

   Mais l'Autocrate joue le fait accompli... en donnant le change !

   Sept organisations syndicales ont écrit au Trédisant, au gouvernement, aux députés et sénateurs :

   "Le vote de ce projet dans sa logique actuelle n'est pas d'actualité".

   Le partage déséquilibré du PIB a provoqué - entre autres - le déficit des caisses de retraites (via la diminution des cotisations patronales). Or, ce déséquilibre est avalisé par l'Ultra-réac qui commence son argumentation... après cette injustice !

   Dans ces conditions, frappées de malhonnêteté intellectuelle, la parole est à la rue. Sar-coq joue à l'apprenti sorcier.

   C'est bien pourquoi un référendum devient indispensable !

   Parce que d'abord, Sar-coq s'est déjugé : "Je n'ai pas de mandat pour cela (les retraites) [...] je n'en ai pas parlé pendant ma campagne présidentielle" affirmait-il fin 2007, début 2008. Cause toujours à tort et à travers. Mais enfin, ce problème est un problème de société et ne peut pas se régler à la sauvette, comme aujourd'hui tente de le faire l'Autocrate ! Il est décidément irresponsable : qui a saboté la délibération ? Sar-coq, toujours lui.

 

   La question posée peut être simple :

   "Voulez-vous que la négociation soit effective ?"

   Le mal est désigné.

 

  

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 17:03

   Me voilà comblé à la lecture de "Politis" et de son édito. Cela fait beau temps que je rabâche cela.

   La "réforme" des retraites est une commande du MEDEF. Ni plus, ni moins. C'est une partie de l'offensive sociale généralisée qui constitue le "sarkozysme" et dépasse largement le retors de l'Elysée qui se trouve contraint de ne pas bouger. 70 % de Français sont opposés à ce projet ? "Pfff..." fait savoir le château.

   Que peuvent faire les syndicats ? La grève illimitée ne se décrète pas.

   C'est le blocage pur et simple.

 

   Tout cela résulte de cette néfaste élection présidentielle qui décide de tout (ça c'est de la démocratie !!!). Les institutions - tant vantées - de la Cinquième ne proposent aucune solution. Il ne reste que la révolte. Pas mal comme rôle appaisant...

 

   Encore bravo Sainte Présidentielle : une élection qui donne une prime aux plus populistes, slogans simplissimes, promesses non tenues, posture à tous les meetings... Nous, nous avons déjà eu notre compte avec Fanfaron 1er, merci bien.

   Le même s'invente des mandats qu'il n'a pas : les "retraites" n'étaient pas dans ses déclarations de la campagne présidentielles (vieille rengaine du coeur des vierges de l'HUM-PEU à propos des mesures précédentes...)

 

   Alors, si Mélenchon (atteint lui aussi du syndrome présidentiel puisqu'il s'apprête à faire risette dans l'émission de Drucker) avance l'idée de référendum sur les "retraites", est-ce que ce ne serait pas une bataille à enfourcher ?

   Sinon, revoilà les nombrils qui se bousculent cherchant les caméras... Ca rajeunit !

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 10:56

4706330106_c21c3f4506.jpg   Et voilà que la bouffonnerie recommence !

   C'est court quatre ans (cinq ans moins une grande année électorale). On n'a pas eu le temps d'oublier le manichéen de la chose...

   L'Ultra-réac a, comme de juste, lancé la campagne. Sans excès de délicatesse. Justifiant pleinement, une fois de plus, sa réputation de "voyou de la République" ainsi que l'a baptisé "Marianne". Vous savez bien qu'il n'a jamais vu un Rom de sa vie ! Il s'en contrefout des Roms ! Il "instrumentalise", comme d'habitude ! Alors ne soyons pas hors sujet.

   Qu'est-ce que nous allons faire ? Pour la énième fois nous allons nous indigner, nous agiter, nous moquer sévèrement ?

   Alors que cette tendance au populisme est inhérente à cette élection pestilentielle... euh, pardon... présidentielle.

 

   Là est le noeud du problème.

Repost 0
Published by Pamphile - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pamphile
  • Le blog de Pamphile
  • : Des billets d'humour, tour à tour satire, parodie ou ironie, raillant pollutions politiques, manquements écologiques et ridicules d'actualité. Moquerie assurée, rire espéré.
  • Contact

Recherche

Pages